Éditorial

rentrée 2020: sous le signe du renouvellement et de l’ouverture

36890768552_38efc8d7fa_k

si le monde est à réinventer, il faut saisir ce moment crucial, ce καιρός , pour proclamer haut et fort la Bonne Nouvelle de la réconciliation nourrie de l’espérance créative

« Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même. » (2 Corinthiens 5, 19)

Tel est notre mot d’ordre pour le mois de septembre, mais nous pouvons poursuivre la lecture de ce verset : « … en n’imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation. »

Au moment où j’écris ces lignes, nul ne peut prédire dans quelles conditions nous aborderons l’automne, mais une chose est sûre : la Parole de Dieu continuera de nous nourrir, de nous unir pour porter le message e la confiance et de l’espérance !

Durant ce mois de septembre, nous prendrons un temps de recueillement et de reconnaissance pour les moments de fraternité partagés avec ceux et celles qui nous ont quittés après avoir été fortement engagés pour l’Eglise et notre paroisse.

Dans le même temps, c’est un bel élan qui nous porte, forts de tout ce que nous avons pu mûrir à travers les mois d’épreuve, à renouveler profondément notre vie d’Eglise dans un souci d’ouverture qui est l’une des facettes de la réconciliation.

C’est ainsi que vous pourrez découvrir  de nouvelles propositions de célébration, louange, méditation partagée de la Parole, que le Conseil presbytéral a décidé d’expérimenter pour cette année si particulière, dans la suite du travail de la commission « cultes » du Conseil des 40.

Vous pourrez également entrevoir le travail accompli pour l’ouverture sur la cité et la société avec Campus et le Centre Théodore Monod dans le domaine de la jeunesse, de la vie associative et de la diaconie.

Vous trouverez encore dévoilé le grand projet porté par la commission « patrimoine, diaconie et environnement » du Conseil des 40, projet qui place le Parc de Saint-Marc dans une riche perspective avec « Le Champ des possibles » !

Si les prochains mois sont marqués par l’inconnu, si le monde est à réinventer, n’avons-nous pas en tant que chrétiens au sein de la grande communauté des croyants à saisir ce moment crucial, ce καιρός , pour proclamer haut et fort la Bonne Nouvelle de la réconciliation nourrie de l’espérance créative ?

Sylvie Michel, Diacre.