Réflexions

Conseil des 40… Ça cogite

3_devant

le culte ? Pourquoi ?

CONSEIL DES 40

JE VAIS AU CULTE

Lors des réflexions entamées par le conseil des 40, il est apparu que dans une perspective de témoignage, nous avions besoin de revisiter ce qu’est un culte et sa liturgie, pour pouvoir améliorer et diversifier nos célébrations. Introduction.

Pour le particulier, au sein de l’universel

Ce que nous appelons le culte est ce qui réunit une communauté, une Eglise, des personnes qui s’intéressent à la Bible, à la foi. Depuis des siècles, un déroulement traditionnel s’est mis en place en tenant compte de l’émotion spirituelle du fidèle qui y participe. Il y a une logique à ce qu’on appelle la liturgie : « leitos » en grec veut dire public, peuple et « ergon » action, œuvre, service. La liturgie est donc au service du peuple.

Au début de la Réforme, l’office dominical pouvait paraitre sec et pauvre. On s’est rendu compte qu’il ne s’agissait pas seulement de lire des textes, mais qu’il y avait une manière de les vivre. La célébration est plus vivante, si elle est variée : texte, silence, musique, chant, parole…

La liturgie respecte un certain ordre, un peu comme toute vie qui a besoin de jalons. On peut se retrouver partout dans le monde et vivre les mêmes jalons. Il est intéressant de savoir qu’au moment où je vis le culte, d’autres dans le monde le vivent aussi. Il y a ainsi universalité.

Les temps du culte

Les cloches qui sonnent, la musique d’introduction nous invitent et nous ouvrent à ce qui va se vivre ensemble.

Le silence : ça vous étonne peut-être, mais le silence est nécessaire lors d’un culte, Dieu a quelque chose à me dire, je fais silence avec ma bouche, mon corps, mon cœur. C’est la première forme de prière, signe de respect pour Dieu. Le silence est le chemin qui me rend attentif et disponible pour Dieu.

L’accueil ou ouverture nous rappelle que Dieu est présent avec nous.

Les chants nous unissent en une même voix, symbole de la communauté que nous formons.

La louange, souvent à l’aide d’un psaume, dit notre reconnaissance.

La demande et l’annonce du pardon : nous ouvrons à Dieu ces lieux en nous qui ont besoin de sa lumière, avec cette certitude et confiance que nous sommes aimés de Lui, et pardonnés.

Les lectures bibliques : Aujourd’hui encore Dieu parle à travers la Bible, nous nous mettons à son écoute, et attendons un éclairage pour notre vie.

La confession de foi est ma réponse à la parole que Dieu m’adresse, je dis avec d’autres en quel Dieu je crois.

Les annonces manifestent que notre foi ne s’arrête pas au dimanche.

L’offrande : nous répondons à l’amour de Dieu par l’offrande de notre prière, de nos vies, de nos dons. L’offrande financière signifie que je m’engage dans le champ de mission que Dieu donne en termes de solidarité, de fraternité, de fonctionnement de nos lieux de culte

L’intercession, prière par laquelle nous portons le monde devant Dieu en divers mouvements : la dimension mondiale, les affaires publiques, les souffrants, notre communauté et nous-mêmes. Elle se termine par le Notre Père.

L’envoi et la bénédiction : une manière de dire que Dieu nous veut du bien et nous accompagne chaque jour.

Pasteure Catherine Fritsch

 

Les membres de la paroisse intéressés, élus ou non, sont fraternellement invités à participer aux travaux du Conseil des 40. Prochaine rencontre le 1er octobre de 9h à 12h, à Saint-Jean.