Réflexions

lettre pastorale du 26 mai par marc Fritsch

Bible et baptême

Le manque a fait naître des nouveaux désirs. Ceux-ci suscitent une vie nouvelle.

Chères sœurs et frères en Jésus le Christ,

Chers.ères membres des paroisses protestantes de l’Inspection de Colmar,

Chers.ères collègues et personnes engagées dans la vie de notre Inspection,

A vos églises, prêts, chantez ???

Nous y voilà, le moment tant attendu, redouté aussi, est arrivé.

Les autorités civiles de notre pays donnent le feu vert aux célébrations de cultes dans nos églises et temples.

Certainement avez-vous déjà pris connaissance des modalités pratiques. Si ce n’est pas le cas, le lien suivant (http://acteurs.uepal.fr/public_files/file/2020_05_13_consignes_et_recommanda tions_pour_la_reprise_des_cultes.pdf) vous donne directement accès aux documents d’information diffusés par la direction de l’Uepal.

Joies et interrogations, reconnaissance et contraintes organisationnelles, ce retour dans nos lieux de culte est lui aussi marqué par des changements importants.

Les informations relatives à des célébrations religieuses qui ont conduit à de nouvelles contaminations nous interpellent. Voilà qui nous dissuade d’agir avec précipitation et incite à la vigilance en prenant toutes les précautions nécessaires.

A vos églises, prêts, chantez ???

Chères sœurs et frères en Jésus le Christ, qu’avons-nous appris, ou qu’apprenonsnous ? En effet, il me semble que l’usage du présent est le plus pertinent.

Le manque créerait-il du désir ? Les nouvelles formes de témoignage, d’écoute et d’accompagnement nées et expérimentées ces dernières semaines en attestent. J’ai la conviction que ce temps n’est pas qu’une simple parenthèse, mais le signe et la conscience d’une dynamique de renouvellement de notre être et faire en Eglise, dans l’ici et le maintenant de notre temps.

« Ecclesia reformata semper reformanda » (Eglise réformée, toujours à réformer !) Le célèbre adage du XVIIe siècle qui nous vient des milieux piétistes hollandais, revêt une actualité nouvelle.

« mais vous allez recevoir une puissance, celle du Saint Esprit qui viendra sur vous; vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. » Actes 1.8 « Le jour de la Pentecôte, ils étaient tous ensemble dans le même lieu. 2Tout à coup il vint du ciel un bruit comme celui d’un vent impétueux, et il remplit toute la maison où ils étaient assis. 3Des langues, semblables à des langues de feu, leur apparurent, séparées les unes des autres, et se posèrent sur chacun d’eux. 4Et ils furent tous remplis du SaintEsprit, et se mirent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer. » Actes 2.1ss

La Pentecôte que nous allons célébrer dimanche appelle un double décloisonnement.

Un décloisonnement de l’espace. La Bonne Nouvelle confiée dépasse les frontières des nations évidemment, mais en premier lieu les représentations et cloisonnements intérieurs. La suite du récit des Actes des Apôtres nous apprend que cela ne va pas de soi, mais demande un engagement.

Un décloisonnement du langage. La Bonne Nouvelle qui nous est confiée en paroles et en actes n’a de sens que si elle est accessible, compréhensible, audible et évidemment pertinente dans l’ici et le maintenant des femmes et hommes de notre temps.

Le manque a fait naître des nouveaux désirs. Ceux-ci suscitent une vie nouvelle. Ils ouvrent de nouveaux espaces. Ils mobilisent de nouveaux médias au service de la rencontre. Ils questionnent le sens de ce que nous voulons pour aujourd’hui et demain.

Chères sœurs et frères en Jésus le Christ, le chantier est ouvert ! En serons de joyeux et résolus ouvriers ?

———————————–

Seigneur, Reçois ma reconnaissance Pour ces fruits, Cadeaux inattendus.

Ils nous redévoilent à nous-mêmes, Ils nous envoient hors de nos mûrs, Ils nous déplacent en nous-mêmes, Ils nous convoquent dans le présent.

Seigneur, Que souffle ton Esprit, Oui, qu’il souffle et poursuive L’œuvre commencée.

Grâce soit rendue à Dieu et aux sœurs et frères semeurs de signes du royaume qui vient !

Fraternellement en Jésus-Christ

Pasteur Marc Fritsch Inspecteur ecclésiastique de l’Inspection de Colmar